Date of Award

Spring 1971

Document Type

Thesis

Department

Languages & Literature

First Advisor

Arnold DaVigo

Second Advisor

Robert Roxby

Third Advisor

Rev. William Greytak

Abstract

Francois-Marie Arouet, dit Voltaire, represente au monde du dix-huitieme siecle un homme d'esprit independent. Il se moquait franchement du temperament borne de la societe de son epoque. Cet homme independent passait ironiquement pour le grand buffon du monde contemporain, mais c'est le monde qui fut en effet le buffon. Au meme temps qu'il s'en moquait, il avait un coeur sympathique qui lui faisait soufrir les malheurs de cette vie. La conclusion du livre Candide nous explique une moralite pratique; le philosophe transposa dans ce roman sa propre experience: sa naivete de jeune homme, ses voyages, la maturation de son esprit, la retraite aux Delices et a Ferney ou il allait "cultiver son jardin". La formule n'implique pas le repliement sur soi-meme, mais elle nous interprete les sentiments largement socials et humains: le jardin qu'il nous donna a cultiver, c'est le monde. C'est mon intention de prouver que les oeuvres de Gustave Flaubert (ecrivain du dix-neuvieme siecle) et d'Anatole France (ecrivain du vingtieme siecle) se rapportent a la conclusion de Candide. Les chapitres suivants compareront les passages pareilles des trois auteurs qui employerent la meme image. Cette image se relate plus qu'une image physique de la nature; elle raconte un principe de la realite.

Share

COinS